Archives pour l'étiquette La vie est un Art

La vie est un Art

L’expression … Une activité si commune ! S’exprimer… Banalité … Quelle angoisse pourtant quand soudain l’enjeu est là :
Examen, entretien d’embauche … présentation de projet… rencontres de tous ordres, professionnelles, familiales, déclaration d’intention, d’amour…

L’homme est un être d’expression. Depuis la nuit des temps, il s’efforce de ‘presser au dehors’ les messages qui le harcèlent de l’intérieur. Que ce soit pour dire sa faim, sa colère, sa frustration, son désir, sa tendresse, sa haine, ses peurs, son soulagement, son attention, son adoration, sa vénération … Toujours, l’homme a cherché à mettre ‘au dehors’ de lui. Par la voix, par le geste, en traçant des signes, images, écriture … au début, dans le recul secret et sombre des cavernes, puis de plus en plus au grand jour, et maintenant sur la planète entière !

Expression des mystères qui le hantent et le dépassent, expression de son respect pour la sublime réalité qu’il voit dans la nature autour de lui, dans ce qu’il pressent derrière l’apparence du monde… cela est toujours d’actualité. Mais aujourd’hui survient un phénomène nouveau… Il cherche à ‘exprimer lui-même’!

Il cherche à mettre au-dehors la complexité de son monde intérieur. Mais il ne le sait pas toujours tout à fait consciemment, alors il a peur, il hésite, et souvent, attend des autres qu’ils lui révèlent ce qu’il est. Souffrance !

L’autre ne peut me révéler à moi-même. L’autre ‘est l’occasion’ de me révéler à moi-même et ce n’est pas si mal déjà. Il ne faut donc pas rater cette chance. Alors il faut surmonter ses craintes. Car s’exprimer pour savoir qui l’on est et où l’on va, c’est accepter tout de soi avec la meilleure bienveillance. L’art est ce terrain privilégié. A condition bien sûr de le dépouiller de tout assujettissement à des critères financiers ou de mode.

Il nécessite un accueil inconditionnel, dans un espace protégé, de tout ce dont-on est porteur. Faire face aux images, aux messages … qu’ils proviennent de nos contrées intérieures les plus sombres ou les plus lumineuses.

Ensuite, l’artiste en soi choisit. Il choisit ce qu’il veut garder et en toute liberté, l’offrir au monde. Ce qui le gêne, ce qu’il trouve inutile ou destructeur, il le transforme, il le métamorphose et en fait sa plus belle œuvre d’art. A cette tâche, nous avons de quoi faire. Cela peut nous occuper fort intensément. Non, cela ne coupe pas du monde au contraire. Aller au bout du regard que l’on a sur soi, c’est au bout du compte, se rendre beaucoup plus disponible … !

Jean Lucien JACQUEMET